l'humidité dans sa salle de bain.

Comment réduire l’humidité dans sa salle de bain ?

Puisqu’elle est surtout destinée pour se laver, il est normal que la salle de bain soit humide. Toutefois, si cette humidité devient importante, des problèmes vont forcément se créer, ce qui va surtout occasionner de nombreux désagréments, mais aussi des dégâts matériels

En effet, même si la salle de bain est la pièce de la maison où on utilise le plus d’eau, il faut savoir que le fait qu’elle soit humide est tout à fait problématique.

De ce fait, il est donc utile d’éviter à tout prix que cela se produit et pour cela, il n’y a que le fait bien entretenir sa salle de bain, mais également d’adopter certaines habitudes qui vont faire de cette pièce essentielle pour toutes les maisons d’être à la fois fonctionnelle, saine et confortable.

Qu’est-ce qui provoque l’humidité dans sa salle de bain ?

Lorsqu’on utilise la salle de bain, plus précisément lorsqu’on utilise de l’eau chaude pour se doucher par exemple, de la vapeur est généralement produite dans toute la pièce. Ce phénomène est tout à fait normal, toutefois, il faut savoir que c’est souvent la première source d’humidité dans une salle de bain.

Eh oui, la vapeur produite va souvent se déposer sur les surfaces de la pièce comme les murs ou aussi les vitres, ce qui va par la suite créer de l’eau et donc l’humidité.

Cependant, les fuites diverses peuvent également être la source de l’humidité d’une salle de bain, ce qui fait qu’il est également utile de les prendre en compte si jamais on se rend compte que la pièce devient de plus en plus humide.

Comment savoir s’il y a de l’humidité dans sa salle de bain ?

Il faut savoir que l’humidité peut être vraiment problématique, surtout si elle se présente dans une pièce où l’eau circule régulièrement comme la salle de bain.

De ce fait, afin d’éviter cela, il est utile de détecter rapidement l’humidité si jamais elle commence à s’installer dans la pièce et ce, en s’aidant de ces quelques signes, à savoir :

L’apparition de moisissures

La peinture des murs qui se fissurent ou se décollent

L’apparition de mauvaises odeurs dans la salle de bain

Que faire pour réduire l’humidité dans sa salle de bain ?

Etant un problème assez désagréable, il est important de réagir rapidement dès que l’humidité s’installe dans sa salle de bain. Heureusement, pour empêcher cela, il existe quelques astuces qui peuvent être efficace, notamment :

Sécher la salle de bain à chaque utilisation

Favoriser l’éclairage naturel dans la salle de bain

Favoriser une bonne ventilation, de préférence naturelle dans la salle de bain

le vidage de sa douche.

Comment bien choisir le vidage de sa douche ?

Parmi les accessoires indispensables d’une douche, le vidage est certainement celui qu’il faudra choisir avec minutie lorsqu’il s’agit d’en installer une.

En effet, vu que le vidage assure principalement un bon écoulement de l’eau, il est important de ne surtout pas le négliger et surtout de bien choisir le système le mieux adapté à sa douche.

Pour ce faire, il existe certains critères sur lesquels se baser et c’est justement ce qu’on va essayer de voir ici, c’est parti.

Qu’est-ce que le vidage d’une douche ?

En matière de plomberie, le vidage se présente comme étant le système qui assure l’écoulement de l’eau dans une douche.

Il est souvent composé de plusieurs éléments, à savoir la bonde, le siphon et aussi le trop-plein et se distingue également par différents systèmes qui peuvent s’adapter aux types de douches.

De ce fait, lorsqu’il s’agit de choisir un système de vidage pour sa douche, il est souvent utile de bien considérer le type de douche qu’on veut installer.

Les différents systèmes de vidage d’une douche

Comme on vient de le mentionner, il existe différents systèmes de vidage pour une douche. Plus précisément, le système de vidage se décline en 4 types, à savoir :

Le système classique

Ce système de vidage d’une douche est certainement l’un des plus répandu et se défini par une bonde qui est solidaire à un siphon qui est appelé bonde siphoïde.

Le système orientable

Qui est un système de vidage composé également d’une bonde siphoïde et aussi d’un dispositif qu’il est possible d’orienter. Ce type de vidage est souvent utile pour les systèmes d’évacuation difficile à raccorder.

Le système à caniveau

Ce système de vidage est le plus souvent destiné aux douches qui disposent d’un grand receveur, mais aussi les douches italiennes.

Le siphon de sol

Egalement utile pour une douche italienne, le vidage à siphon de sol peut souvent être horizontal ou vertical et peut être composé d’une sortie orientable.

Comment choisir le système de vidage pour sa douche ?

Vu son importance, il est utile de bien choisir le système de vidage pour une douche. Pour ce faire, il faut avant tout pouvoir adapter ce dernier au type de douche à installer, à savoir une douche avec receveur, une douche italienne etc.

Après cela, il faut également prendre en considération quelques éléments, notamment ceux concernant les  caractéristiques de l’écoulement de l’eau comme la pente, la hauteur, le diamètre de l’évacuation etc.

Entretenir ses toilettes : l'importance de détartrer la cuvette de ses WC.

Entretenir ses toilettes : l’importance de détartrer la cuvette de ses WC

Même si c’est une tâche que la plupart d’entre nous se rechignent à faire, il faut quand même préciser que le fait de nettoyer régulièrement ses toilettes est tout à fait important.

En effet, cela est avant tout une question d’hygiène car nombreux sont les germes qui peuvent se déposer dans la cuvette des WC, mais également d’ordre esthétique puisque cette dernière peut souvent changer de couleur à cause du tartre, surtout si l’eau utilisée pour la chasse est très calcaire.

De ce fait, il ne faut pas négliger le nettoyage régulier de ses toilettes mais surtout aussi de veiller de temps en temps à les détartrer. Eh oui, pour bénéficier de WC aussi propre que possible il faut répéter autant que possible ces opérations. Heureusement, elles sont faciles à faire, donc pas de raison de se défiler.

Comment détartrer ses toilettes

Comme on vient de dire, enlever le tartre sur ses toilettes est une tâche relativement facile. Pour cela, il suffit généralement de nettoyer comme à l’habitude ces dernières puis d’utiliser certains produits qui peuvent être disponibles dans la plupart des maisons. Pour plus de précisions, on va détailler cela ici :

Détartrer ses WC avec du vinaigre

Il est clair que l’on possède tous du vinaigre à la maison puisque lorsqu’il s’agit de détartrer, ce produit souvent destiné à accommoder les salades peut être tout à fait efficace pour nettoyer les toilettes.

Pour ce faire, il suffit généralement de vider au maximum l’eau dans la cuvette en s’aidant par exemple d’un petit récipient, puis d’y verser à peu près un litre de vinaigre, de préférence du vinaigre blanc et de laisser se reposer au moins une nuit.

Après cela, il suffit d’utiliser une brosse et les toilettes seront revenues à ses couleurs d’origine.

Détartrer ses WC avec du bicarbonate de soude et au vinaigre

Pour plus d’efficacité, il est également possible d’ajouter du bicarbonate de soude au vinaigre blanc et de procéder en suivant la même méthode qui est citée plus haut.

Il faut dire que la solution bicarbonate de soude et vinaigre est tout à fait efficace et perme de ce fait de ne pas utiliser des produits toxiques.

Détartrer ses WC avec un détartrant

Si les procédés cités plus haut ne marchent pas, il est également possible d’utiliser un produit détartrant. Pour s’en procurer, il suffit généralement de se rendre dans un magasin de bricolage et ensuite de suivre les instructions d’utilisation.

douche à l'italienne.

Installation d’une douche : quelles sont les dimensions idéales

Si vous avez décidé d’opter pour une douche pour votre salle de bain, sachez qu’il vous est nécessaire de prendre ne compte quelques éléments, notamment les matériaux à utiliser, le type de douche à installer, mais surtout aussi la taille de cette dernière.

En effet, ces éléments sont indispensables sur beaucoup de points, mais le fait de choisir les dimensions idéales de la douche est certainement l’un des plus importants car cela va principalement influer sur l’espace de cette dernière, donc également sur le confort.

Toutefois, déterminer les dimensions idéales d’une douche peut dépendre de beaucoup de choses, mais pour faciliter cela, on va les voir ici.

Les critères qui définissent la taille idéale d’une douche

Avant de décider de la taille idéale de la douche que l’on veut installer, il faut la plupart du temps considérer quelques principaux critères, notamment la configuration de la salle de bain, la surface disponible et le budget à y consacrer.

La configuration de la salle de bain

Le plus souvent, les salles de bain sont définies par l’architecture de la maison. C’est-à-dire que la configuration des salles de bain dépend souvent du plan initial en ce qui concerne la construction de la maison. De ce fait, avant de choisir la taille de la douche à installer, il est important de prendre en compte ce point qui se base principalement sur la forme de la salle de bain, qu’elle soit carrée, rectangulaire ou même triangulaire ou aussi sur l’emplacement possible de la douche etc.

La surface disponible de la salle de bain

Dans une salle de bain, il est clair que l’on ne va pas y installer seulement une douche puisque d’autres éléments viennent la composer comme les toilettes, le lave-main ou aussi les différents meubles de douche. Donc, pour pouvoir définir la taille de sa douche, il faut au préalable mesurer l’espace disponible qui reste et ce, en prenant en compte ces éléments.

Le budget à y consacrer

Plus une douche est spacieuse, plus il faudra prévoir un budget conséquent.  De ce fait, avant de choisir les dimensions qu’on veut de cette dernière, il faut également bien penser à ses dispositions financières.

Les tailles standards pour une douche

Même si on peut choisir aisément la taille de sa douche, il faut savoir qu’il existe des dimensions standards pour une douche. Cependant, cela dépend essentiellement du type de douche, mais les plus fréquents sont :

La douche d’angle, qui se présente en deux tailles, à savoir la 80 cm x 80 cm et la 90 cm x 90 cm.

La douche rectangulaire, qui peuvent mesurer de 72 cm x 90 cm jusqu’à 90 cm x 120 cm.

La douche carrée, qui doit avoir une taille minimum de 70 cm x 70 cm jusqu’à 100 cm x 100 cm.

WC.

Comment choisir ses toilettes ?

Comme beaucoup peuvent le penser, le fait de choisir ses WC est souvent une tâche difficile. Eh oui, plusieurs critères entrent souvent en compte lorsqu’il s’agit d’en choisir un. Que ce soit l’espace disponible, les modèles de toilettes, les types de poses etc. il faut souvent prendre en considération divers éléments, ce qui peut être assez complexe surtout pour ceux qui ne savent pas comment s’y prendre.

Or, le fait de choisir de manière judicieuse se toilettes est une étape importante, car étant l’un des sanitaires les plus utiles de la maison, il est clair que cela va grandement impacter la fonctionnalité de cette dernière.

Heureusement, on regrouper ici quelques informations utiles lorsqu’il s’agit de choisir un WC. C’est parti.

Définir l’espace disponible

Etant l’une des premières choses à penser quand on veut installer ses toilettes, l’espace qui sera disponible est souvent un des critères de faisabilité du projet.

En effet, il faut avant tout pouvoir déterminer la surface qui va accueillir le sanitaire et ce, pour faciliter son installation après.

Donc, pour des toilettes intégrées à la salle de bain, il faut la plupart du temps opter pour des WC de petite taille. Cependant, si l’on peut se permettre de bénéficier d’un WC séparé, il est possible d’en choisir un plus imposant en taille.

Choisir le modèle adéquat

Puisqu’un WC fait partie intégrante des accessoires de décoration qu’il soit séparé ou intégré à la salle de bain, il est également utile de bien prendre en compte le modèle qu’on va choisir. Pour cela, il faut se baser sur son design ou aussi sa couleur et ce, en veillant à bien harmoniser l’ensemble de l’installation de toute la pièce.

Choisir le type d’évacuation

Egalement important, le type d’évacuation d’un WC est à prioriser surtout si le projet se base sur le changement d’une installation existante. Le type d’évacuation est souvent présenté en 2 types, à savoir l’évacuation horizontale et l’évacuation verticale.

Choisir le mécanisme de chasse

Utile surtout si l’on souhaite réduire la consommation d’eau du WC, le mécanisme de chasse est un facteur à ne surtout pas négliger.

Pour cela, il est souvent recommandé de choisir le mécanisme à double commande ou à double vitesse, qui permet entre autre de choisir le volume d’eau qu’on souhaite utiliser pour la chasse.

Choisir un WC de marque

Et le dernier point mais pas le moindre, il faut toujours veiller à  privilégier la qualité du WC et ce, en ne choisissant que ceux qui sont produits par des marques connues.

micro-station-epuration

La micro-station d’épuration

La micro-station d’épuration peut se considérer comme un dispositif dérivé du système collectif de l’assainissement des eaux usées. Cet appareil, récemment mis sur le marché dans les années 2010, se présente comme une solution pour les habitations non desservies par le réseau “tout-à-l’égout”. En effet, la micro-station d’épuration fonctionne de façon totalement autonome et indépendante. Elle est donc un dispositif d’assainissement individuel des eaux usées domestiques.

Rôle et fonction d’une micro-station d’épuration

Dans un souci écologique et sanitaire, l’état a mis à disposition de certaines habitations la micro-station d’épuration par le biais d’un agrément ministériel.

Toutefois, cet agrément pour une micro-station demeure assez rare. En effet, seuls 5% des cas pour les maisons en besoin se voient proposer la solution d’une micro-station d’épuration. Sur les 95% des cas, l’état préconise la fosse toutes eaux.

Cette dernière est un dispositif qui a récemment remplacé la fosse sceptique, désormais interdite en France. La micro-station d’épuration intègre en elle-même une fosse toutes eaux qui assure le prétraitement des eaux.

Système d’épuration d’une micro-station

La micro-station d’épuration est un peu comme un appareil de traitement des eaux multifonctionnels. Le traitement des eaux usées se fait principalement sur trois phases :

  • La décantation

  • Le traitement

  • La clarification

Comment fonctionne une micro-station d’épuration ?

L’essentiel du fonctionnement de la micro-station d’épuration consiste à la culture de micro-organismes. Des bactéries se chargent d’éliminer les éléments toxiques et particules présents dans une eau afin de la purifier. En un mot, tout l’enjeu du rôle de cet appareil est d’entretenir et cultiver ces bactéries. On parle alors d’épuration bactérienne ou de traitement dit “à boues activées. »

Cet appareil maintient ces micro-organismes en vie grâce à un système d’oxygénation, généralement assuré par un compresseur ou un générateur d’air. Ce dispositif requiert une alimentation électrique quasi-permanente, et toute l’année. De ce système naît deux familles d’appareil : la micro-station à “culture fixée” et la micro-station à “culture libre.”

Les deux familles de micro-station d’épuration

Dans leur principe et au niveau des résultats, ces modes de fonctionnement ne présentent pas beaucoup de différences. Toutefois, il se distinguent notamment au niveau de leur mode opératoire et de leur efficacité.

La micro-station à “culture libre”

La micro-station d’épuration à “culture libre” se caractérise notamment par l’absence de support bactérien dans son compartiment. Cette technique consiste à recevoir toute l’eau usée dans un bassin avec ses particules. L’oxygénation se fait donc en brassant l’eau au moyen d’une turbine.

La micro-station à “culture fixée”

A bien des égards, ce type de micro-station semble être avantageux, car il dispose d’une innovation qui réduit les nombreux inconvénients connus de la micro-station à “culture libre”. La micro-station à “culture fixée” comporte dans sa cuve un support sur lequel les bactéries vont se fixer. Elle est nettement plus performante et plus économique que la “culture libre”.

Micro-station d’épuration: les phases de traitement

Avant d’aborder les principes de traitement des eaux usées au sein d’une station d’épuration, il est important d’en comprendre le système. Une micro-station d’épuration se compose de trois cuves. C’est dans ces compartiments que se déroulera chaque étape du traitement de l’eau.

Phase de prétraitement

La phase de prétraitement se réalise dans la première cuve. C’est au sein de celle-ci que la “fosse toutes eaux” intervient. Le principe de cette méthode consiste à séparer l’eau de la boue, en laissant retomber et piéger ainsi les résidus lourds au fond de la cuve. Cette technique s’appelle la décantation. L’eau et les matières plus légères remontent à la surface. Celles-ci seront ensuite transférés vers une deuxième cuve via un système d’air lift.

Phase de traitement

C’est dans le deuxième compartiment, également appelé “bassin de réaction”, que l’eau usée va être aérée au moyen d’une turbine ou d’un générateur d’air. Ce procédé a pour but de provoquer une réaction naturelle au niveau des bactéries encore vivantes dans l’eau. Ceci va alors créer de façon séquentielle des périodes d’aérobies au niveau des bactéries. D’où l’appellation “bactéries aérobies.” Ainsi, la fermentation qui en résulte va désintégrer les particules encore présentes dans l’eau usée.

Phase de décantation et de clarification

Cette dernière phase reproduit l’opération du prétraitement, en ayant pour objectif d’éliminer les résidus persistants qui sont encore présents dans l’eau. Ceux-ci seront par la suite renvoyés dans la première cuve de décantation via un tuyau d’air lift. L’eau, quant à elle, est évacuée de l’appareil vers un milieu naturel ou par la voie souterraine.

Toilettes : comment réduire la consommation d’eau ?

Les WC font partie des installations qui consomment le plus d’eau dans une maison. En effet, à peu près 1/3 de l’eau utilisée chaque jour dans une habitation se déverse et se perde dans les canalisations des toilettes, ce qui est assez conséquent.

Toutefois, il faut dire qu’il est possible de réduire cette consommation en eau de nos WC et ainsi de réduire l’impact environnemental des toilettes mais également de faire quelques économies. Eh oui, il n’est pas nécessaire de gaspiller autant d’eau pour la chasse d’eau car avec quelques méthodes, il est assez facile de limiter au maximum cela. C’est ce qu’on va voir ici.

Combien de volume d’eau consomme les WC ?

Avant de parler des méthodes pour réduire l’eau utilisée pour les WC, il est important de connaitre ce qu’ils consomment vraiment.

Donc, pour donner plus de précisions sur cela, il faut savoir qu’une chasse d’eau contient en moyenne 5 litres d’eau. Donc, une fois qu’on tire la chasse, ces 5 litres d’eau sont envoyés directement dans les canalisations. Donc si on utilise les toilettes 4 fois par jours, supposons qu’il s’agit d’une maison abritant 4 personnes qui tirent la chasse une fois par jour, alors on peut estimer le volume d’eau perdu d’environ 20 litres.

Toutefois, l’utilisation en eau des toilettes ne se résume pas seulement qu’à cela, car il arrive également que d’autre facteurs viennent favoriser leur consommation, notamment les fuites, les débordements etc.

Comment réduire cette consommation d’eau des toilettes ?

Comme on vient de le préciser plus haut, il est possible de limiter l’utilisation en eau de nos WC. Cela implique généralement le fait d’adopter quelques gestes essentielles et des bonnes habitudes, notamment :

Entretenir régulièrement les WC

Eh oui, pour assurer un fonctionnement optimale en ce  qui concernent nos WC et ainsi d’éviter tout gaspillage supplémentaire d’eau, il est utile de les entretenir et ce, de manière régulière.

Pour cela, il est utile de bien vérifier tout le système et surtout de régler rapidement tout problème qui puisse survenir.

Installer des accessoires pour économiser l’eau

Divers accessoires sont actuellement disponibles et sont spécialement pensés pour limiter les consommations d’eau des toilettes. Parmi les plus efficaces, on peut citer ici la chasse d’eau à double vitesse qui permet de choisir le volume d’eau à utiliser.

Adopter quelques astuces utiles

Quelques astuces du quotidien peuvent également s’avérer utiles si l’on veut limiter l’eau qu’on déverse dans nos WC. L’une d’elles est par exemple le fait de raccorder le tuyau de la lave main pour que celui-ci puisse verser l’eau dans la chasse d’eau, ce qui va permettre ainsi de la réutiliser.

Maison_écolo.jpeg

La construction d’une maison bioclimatique

Une maison “bioclimatique”: un terme encore bien méconnu du grand public, mais qui pourtant représente une tendance croissante dans l’habitat contemporain. C’est tout simplement une habitation qui se voue à l’économie d’énergie, aussi bien dans sa conception technique que dans sa consommation. A quoi ressemble une maison bioclimatique ? Quelles en sont les caractéristiques ? Pourquoi devient-elle de plus en plus une recommandation aujourd’hui ?

Maison bioclimatique: une question d’économie avant tout

Ce type de maison, également appelée “maison verte”, a pour principale vocation de dépendre essentiellement (ou totalement) des énergies renouvelables pour fonctionner. D’abord, cette nouvelle tendance présente des enjeux économiques énormes. De plus en plus de propriétaires se renseignent sur les coûts pour la construction d’une maison bioclimatique.

En effet, depuis le choc pétrolier des années 70, la consommation énergétique a augmenté de manière exponentielle, notamment à l’arrivée du chauffage électrique. Pour appuyer ceci avec quelques chiffres sur la consommation française annuelle en électricité :

  • La consommation pour une surface habitable de 20 m² tourne en moyenne autour de 800 €

  • Si pour une surface habitable de 150 m², on est au-dessus de la barre des 3500 € annuel.

Le volume de consommation énergétique a pratiquement quadruplé ces cinquante dernières années, dû notamment à l’arrivée de nouveaux équipements, l’exploitation intensive des énergies fossiles (pétrole, gaz…). C’est dire que la consommation d’énergie en est aujourd’hui à un point où elle représente une partie importante du budget des ménages.

Qui plus est, avec le réveil des consciences sur les effets néfastes du gaz à effets de serre sur l’environnement, le réchauffement climatique, etc… l’économie d’énergie est une mesure aujourd’hui encouragée dans tous les domaines. Elle se veut également être une démarche responsable et exemplaire face à ces situations alarmantes.

Construire une maison bioclimatique: quelles caractéristiques ?

Une maison bioclimatique se conçoit idéalement dès la construction. En effet, pour tirer avantages de tous les bénéfices d’un environnement au niveau de l’énergie, il existe de nombreux paramètres à considérer.

En vérité, il n’existe pas de réglementations techniques qui peut s’appliquer à tous types de maisons bioclimatiques. Chaque structure s’étudie au cas par cas, notamment au niveau du terrain de construction et à l’environnement. Cependant, il existe quelques données toujours à étudier de près.

L’orientation de la maison

Le choix de l’orientation d’une maison est une étape sur laquelle il mérite de s’attarder. D’abord, la structure générale de la maison par rapport au terrain est l’un des points clés qu’il faut retenir lors de la conception. Il faut également tenir compte du climat. L’un des enjeux importants pour cette construction est de pouvoir capter la lumière et la chaleur du soleil efficacement.

En règle générale, une maison bioclimatique doit présenter de grandes ouvertures au niveau de la façade sud. C’est l’angle idéal pour répartir la lumière de façon optimale dans le tout reste de la structure. Le nord peut se dispenser d’ouvertures, si on peut éventuellement en mettre du côté est et ouest.

Les matériaux utilisés pour la construction d’une maison bioclimatique

La phase de finition d’une maison bioclimatique peut être décisive. De même, le choix des matériaux pour la construction ne se fait pas au hasard. Prioriser les couleurs sombres et opaques pour vos structures pour retenir la chaleur plus facilement. Utiliser la terre cuite pour la construction de vos murs. De même, optez pour des matériaux totalement naturels tels que le bois ou le chanvre pour l’isolation de vos murs.

Equipements et installations

Il existe évidemment des équipements et des installations à intégrer idéalement au sein d’une maison bioclimatique. Il faut par exemple revoir le niveau d’étanchéité à l’air pour maintenir un certain degré de température au fil des saisons. Opter également pour des parois respirantes, ainsi que d’autres équipements tels que le solaire passif. Faire réaliser les expertises nécessaires sur ces paramètres techniques et sur la consommation énergétique générale de la structure.

Construction d’une maison bioclimatique: à qui s’adresser ?

Il est important de vous accompagner d’experts à travers les différentes étapes de la construction (ingénieurs, architectes, maître d’oeuvre..). De même, restez à l’écoute des conseils et des recommandations liés à votre projet. N’hésitez pas à réaliser plusieurs devis pour mieux évaluer l’importance des travaux par rapport à votre budget. Il vaut mieux réaliser une structure optimisé en fonction de votre budget, que bâcler certains aspects du bâtiment au risque de réduire à néant tous vos efforts.

L’importance de choisir les bonnes couleurs pour une salle de bain

Vous pourriez dépenser une somme importante pour la rénovation d’une salle de bain. Mais pourquoi ne pas économiser du temps et d’argent en transformant votre salle de bain avec une couche de peinture ? La salle de bain est l’endroit idéal pour jouer avec la peinture. Et le choix des couleurs que vous utilisez dans votre salle de bains est une décision très importante qui intervient dès le début de la refonte de votre salle de bains. Que vous apportiez des changements majeurs à votre espace ou que vous soyez prêt pour une mise à jour rapide, ces couleurs de peinture apporteront une nouvelle vie à votre salle de bains.

Gris clair

Un gris clair et doux est une excellente façon de garder les choses neutres tout en ajoutant un peu de piquant. Il apporte les couleurs rafraîchissantes du granit et du béton, mais il est tout de même assez apaisant. Pour équilibrer les tons froids, essayez de mélanger des éléments en bois foncé pour réchauffer les choses. Pour un look classique, optez pour des accents neutres simples. Pour une option plus vibrante, ajoutez des touches de couleur à vos accessoires, comme des serviettes de bain lumineuses ou un rideau de douche à motifs. Vous pouvez vraiment vous éclater avec votre choix de couleur ici, puisque le gris doux s’harmonise avec à peu près tout, du rose doux à l’orange vif.

Charbon de bois

Si vous cherchez un look plus dramatique pour votre salle de bain, essayez le charbon de bois. C’est une alternative plus sophistiquée et lunatique au gris doux. Bien qu’il soit un peu plus sombre, il comporte des éléments chauds, ce qui le rend très polyvalent. Il donne à votre salle de bains une sensation de confort, tout en conservant ce côté contemporain. Le charbon se marie bien avec les tons de bois naturel et les accents métalliques pour un espace très chic, mais toujours relaxant.

Taupe

Le taupe est un choix parfait pour ceux qui veulent aller avec un neutre, tout en donnant à l’espace une certaine chaleur. Cette magnifique teinte gris-brun est classique, mais avec une touche de modernité. Il y a plusieurs variations de taupe à choisir, chacune donnant une sensation légèrement différente à l’espace. Un taupe plus lourd et marron donne un aspect plus terreux, tandis qu’une version plus grise est une version plus moderne et plus gaie. Pour un soupçon de couleur, essayez une nuance de taupe plus claire avec une base plus violette.

Blanc

Une salle de bains blanche et propre est le summum du style classique. Bien que les murs blancs soient un concept relativement simple, ce look peut être assez frappant et sophistiqué. Vous pouvez toujours utiliser différentes textures pour briser le look. Essayez différentes formes de carreaux sur le sol et dans la douche, avec de la peinture nette sur les murs et des accents blancs. Si le blanc de haut en bas est un peu trop pour vous, essayez de réchauffer les choses en utilisant des accents de bois léger ou des neutres plus doux. Pour garder les choses audacieuses, optez pour des accessoires lumineux : pensez au jaune, au rose ou au vert.

Toilettes : l’importance d’entretenir sa plomberie

Le travail de rénovation n’est pas une mince affaire, surtout lorsqu’il s’agit de plomberie. Les tuyaux sont une partie essentielle de chaque maison, car ils fournissent des moyens pratiques pour livrer l’eau à et de divers endroits de la maison surtout dans les toilettes. L’entretien régulier du système de plomberie pour s’assurer qu’il fonctionne correctement profitera grandement à ses habitants. Et il y a plusieurs façons d’entretenir la plomberie qui sont certainement plus abordables que de devoir payer pour des réparations majeures qui auraient pu être évitées.

Isolation de la plomberie

Pour éviter que tous les types de plomberie dans les salles de bains ne deviennent cassants et ne se brisent pendant l’hiver, isolez-les efficacement et vérifiez la qualité de l’isolation avant le début des mois d’hiver.

Évitez de jeter les déchets dans la toilette

Les gens ont tendance à essayer d’évacuer même les déchets non jetables dans les toilettes, ce qui entraîne l’obstruction des drains. Cela entraîne des réparations coûteuses des toilettes où les entreprises de plomberie devront vérifier tout le drain des toilettes avant de le démonter pour enlever les débris. Le processus entier exigera l’enlèvement et le remplacement de la section de plomberie bouchée, ce qui est un exercice coûteux.

Réparez immédiatement les problèmes de plomberie mineurs

Surveillez toujours les réparations mineures des toilettes et réparez-les dès qu’elles se produisent pour éviter de gros problèmes à l’avenir comme des fuites d’eau, des carreaux fissurés autour des tuyaux et des fils qui s’écaillent.

Effectuez des vérifications annuelles

Faites vérifier régulièrement par un plombier local les fuites, les réparations mineures et le maintien des drains à l’abri des bouchons et des fuites également. Un contrat d’entretien annuel avec une entreprise de plomberie professionnelle qui couvre le remplacement gratuit des pièces brisées serait idéal.

Utilisez l’équipement approprié pour nettoyer et entretenir les toilettes

Essayez d’éviter d’utiliser des produits chimiques agressifs pour nettoyer les sols et les drains des toilettes, car ils ont tendance à abîmer les carreaux et à corroder les drains après un usage prolongé. C’est-à-dire, à moins que vous ne vouliez endommager vos tuyaux, les nettoyants chimiques pour drains n’enlèvent pas vraiment les bouchons, ils ne font que les repousser plus loin et prolonger l’inévitable, introduire des produits chimiques caustiques dans vos tuyaux peut nuire à votre plomberie. Si vous avez un problème de drain, vous n’avez besoin de rien d’autre qu’un plongeur, un serpent de drain ou un plombier professionnel.